Compte-rendu de la séance du 21 mai 2019

Intervenants : Christophe MARQUET (EFEO) et Martin RAMOS (EFEO)

Compte-rendu rédigé par Jean GILBERT, étudiant en Master 1 Arts et langages  

L’avant-dernière séance du séminaire a fait l’objet d’une double intervention centrée sur la représentation du corps au Japon, mais à travers deux approches thématiques très différentes. Martin Nogueira Ramos, maître de conférences en études japonaises à l’École française d’Extrême-Orient (EFEO), s’est intéressé à l’imagerie chrétienne dans le Japon des XVIe et XVIIe siècles, et plus précisément à celle de la Passion du Christ et des saints martyrs ; dans un second temps, Christophe Marquet, directeur de l’EFEO, s’est penché, lui, sur la question de la découverte et de la réception des gravures « érotiques » japonaises en France au XIXe siècle.

             Martin Nogueira Ramos (EFEO), « Des corps souffrants : la Passion du Christ et les vies des saints dans le Japon des XVIe et XVIIe siècles »

Grand martyre de Nagasaki de 1622 (peintre inconnu ; Macao ; conservée à l'église du Gesù), vers 1625
Grand martyre de Nagasaki de 1622 (peintre inconnu ; Macao ; conservée à l’église du Gesù), vers 1625.

Le peu de documents visuels d’époque dont nous disposons oblige les chercheurs à regarder du côté des textes. Toutes les traces écrites liées au sujet sont aujourd’hui conservées en Europe, et presque toute la documentation relative aux missionnaires au Japon a été perdue. Martin Ramos commence donc son discours par l’étude des textes religieux au tournant du XVIIe siècle. Il mentionne la traduction de certains passages des évangiles dès les années 1550, soit peu de temps après l’introduction du Christianisme sur le territoire en 1549. La presse jésuite a alors connu un essor dans les années 1590, avec des livres illustrant la vie du Christ – sachant que les imprimés jésuites comprenaient peu d’images – et d’autres ouvrages vulgarisant les débats théologiques animant l’Europe chrétienne. Ce qui est intéressant de noter est que la première publication des presses chrétiennes, kirishitan ban en japonais, est un recueil de la vie des saints édité à Amakusa en 1591. Ces textes, rédigés en langue japonaise, mais avec les caractères de l’alphabet latin appelés rômaji, étaient-ils lus, ou plutôt psalmodiés ? Dans quel cadre et de quelle manière étaient-ils utilisés par les fidèles et les officiants ?

            Vient alors la question des images. Vers 1580, presque deux cents églises devaient être décorées, impliquant alors la venue d’artistes occidentaux comme le frère Giovanni Niccolò, qui a enseigné son art à ses disciples japonais. À cette période, le “Quinze mystères du Rosaire” constituait le motif iconographique le plus répandu. Deux kakemono – peintures verticales destinées à être accrochées – de Takatsuki et d’Urakami témoignent de l’importance de ce sujet, qui illustre les mystères joyeux, douloureux et enfin glorieux de la vie du Christ. Ce thème est au cœur de l’actualité de la recherche puisqu’un rouleau illustré daté de 1592 a été découvert en 2018, représentant les “Quinze mystères”, où le dessin a été adapté stylistiquement à la culture japonaise. En ce qui concerne les vestiges matériels, les fouilles archéologiques ont montré l’importance des médailles et des croix en métal, généralement en plomb et en bronze, représentant la Vierge, le Christ ainsi que le jésuite Ignace de Loyola aux côtés de saint François-Xavier, dès 1622, date de la canonisation de deux missionnaires.

            Pour terminer ce panorama, Martin Ramos a donné quelques indications générales sur la réception de la passion du Christ et du culte des martyrs : contrairement aux Chinois, les Japonais n’ont pas rejeté la représentation de la crucifixion et ont même manifesté un certain attrait pour les scènes de mortifications et de flagellations. Par ailleurs, la technique du fumi-e était alors utilisée par les autorités du shogunat Tokugawa pour identifier les personnes converties au Christianisme, et consistait à faire piétiner ces images sacrées par les suspects devant les officiels. L’importance du culte des martyrs et de la littérature de piété se voit dans des documents anti-chrétiens comme ceux du Tôfuku-ji (Kyôtô). Il faut alors rappeler que la célèbre révolte de Shimabara en 1637 des paysans japonais contre le gouvernement est venue de la découverte d’une image miraculeuse. Le Christianisme au Japon s’est donc développé de manière relativement unitaire grâce à la Compagnie de Jésus, basant son calendrier liturgique sur celui européen, en privilégiant les scènes où le corps fait l’objet de mutilations et de tortures, d’où l’importance de l’iconographie martyriale – comme la représentation de sainte Lucie de Syracuse – et celle de la Passion christique.

            Christophe Marquet (EFEO) : « Corps érotisés, images cachées : la découverte des gravures « érotiques » japonaises en France au XIXe siècle »

           

Détail d’un livre de fin du XVIIe siècle, le personnage à droite étant occupé à regarder une image érotique.

Christophe Marquet s’est également intéressé à la représentation du corps, mais dans un tout autre registre : le corps, dans sa conférence, n’est plus blessé ou meurtri, mais érotisé et vivifié. Le dialogue entre l’archipel nippon et l’Occident est toujours un élément théorique majeur, mais le point d’ancrage s’est déplacé : alors que le phénomène analysé par Martin Ramos se situait au Japon même, le phénomène analysé par Christophe Marquet se situe en France et plus précisément à Paris, deux siècles plus tard (à la fin du XIXe siècle). En introduction est évoquée la difficulté de faire un état de l’édition par rapport aux documents conservés, suite aux autodafés et destructions humaines ou naturelles ; en tout quarante livres imprimés ont survécu. Il est d’ailleurs important de noter qu’il n’y avait que des livres illustrés et que les gravures érotiques n’étaient jamais réalisées isolément, mais dans un corpus global, malgré que beaucoup aient été détachées de leur livre d’origine. Cette production était particulièrement rentable, avec une estimation de plus de mille livres érotiques publiés au Japon. Mais qu’est-ce qu’un livre érotique ? En effet, cette question de définition est pertinente, puisqu’il ne s’agit pas d’un ensemble d’images simplement luxurieuses, mais d’images également satiriques, comiques et esthétiques. La dimension littéraire est non négligeable : une connaissance de la culture japonaise est nécessaire pour comprendre ces illustrations où le texte a une place importante.

            Le corpus d’estampes japonaises conservé à la Bibliothèque Nationale de France est conséquent ; les livres érotiques y ont fait leur entrée dès la fin du XIXe siècle, avec par exemple l’ouvrage de Kitagawa Utamaro intitulé Michiyuki koi no futozao (1802). Il s’agit d’une période d’importations et d’échanges, débutée au Japon avec l’époque Meiji (1868 – 1912) et les expositions universelles en Europe – celle de 1873 à Vienne notamment. De nombreux artistes et personnalités de la capitale française, y compris des politiciens comme Léon Gambetta, ont alors commencé à collectionner ces images et à en diffuser le style, qui a influencé de grands noms de l’histoire de l’art comme Auguste Rodin dans ses dessins, ou Vincent Van Gogh pour ses compositions. Le goût des corps contorsionnés, entre l’épure visuelle et la lubricité des positions, s’est effectivement retrouvé chez de nombreux artistes français de cette époque. Notons que Emmanuel Tronquois a été le seul parmi tous ces collectionneurs et amateurs de l’art japonais à être physiquement allé au Japon.

            Les livres érotiques se sont avérés être les plus inventifs graphiquement et techniquement. La diversité des registres, allant de l’univers fantastico-érotique avec le Hyaku bobo gatari de Shunsho Katsukawa (1771) aux parodies littéraires avec le Fûzoku suiko-den d’Utagawa Kunisada (1826), s’adjoignait d’une richesse matérielle, de par l’utilisation de pigments rares et de nombreuses couleurs, soulignant bien l’existence d’une clientèle aisée et plus globalement du succès de cette production. Au niveau de la censure, de nombreuses illustrations ont été caviardées, mais avant tout pour effacer les poils pubiens, dont la représentation était interdite au Japon jusqu’à la fin du XXe siècle. Dans tous les cas, les amateurs du siècle précédent ont perçu ces images érotiques comme faisant « abstraction de l’obscène [car] étranger à toute condamnation morale » d’après François Poncetton dans son ouvrage Les Érotiques Japonais (1925). L’absence du socle culturel judéo-chrétien aurait permis la création de ces représentations mêlant l’érotisme à un grand raffinement stylistique – une théorie à nuancer. Cette fusion entre sexualité et qualité artistique explique la présence de ces estampes et dessins dans les collections nationales, comme le Musée du Louvre, ou privées, comme celle d’Edmond de Goncourt.

            Pour clore son discours, Christophe Marquet mentionne l’introduction du concept de peinture occidentale et de Beaux-Arts au Japon à l’époque Meiji, et par conséquent de la pratique académique du nu. Cet enseignement et cette conception du corps n’existaient pas sur l’archipel. Ce dialogue relativement récent a donné naissance à une nouvelle génération d’artistes, influencée par deux cultures très différentes, comme Yamamoto Hôsui, élève de Jean-Léon Gérôme. Et au Japon, le nu a été également au cœur des débats et de la censure. Certains nus étaient simplement masqués comme au Salon de la Société Hakubai-kai de 1901. Car les livres érotiques, s’ils représentaient ostensiblement des relations sexuelles et le corps dans sa nudité, étaient privés, et parfois utilisés par la classe guerrière comme objets prophylactiques. La dimension publique et la perception du corps à l’occidentale ont induit une évolution des postures et considérations morales au Japon.

Kuroda Seiki, Sentiment (de Sagesse, Impression, Sentiment), Kuroda Memorial Hall, Tokyo), vers 1900 https://fr.wikipedia.org/wiki/Kuroda_Seiki#/media/Fichier:WisdomNude.jpg

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.