Compte-rendu de la séance du 19 février 2019

Intervention de Mary Picone (EHESS, UMR CCJ-Centre de recherche sur le Japon): Dissections spirites : dessins d’autopsies et don du corps, réflexion à partir du film Vital de Tsukamoto Shinya.

Compte-rendu rédigé par Marion Casala, étudiante en M2, AMO EHESS

La sixième séance du séminaire d’Histoire de la culture visuelle en Asie orientale a été animée par Mary Picone, anthropologue spécialiste de la culture visuelle au Japon, notamment autour de la question des fantômes et des mal-morts. Cette présentation s’est concentrée sur deux artistes ayant traité de l’anatomie, et plus particulièrement des corps autopsiés, dans leurs œuvres. Et ce, en questionnant la représentation du corps mort dans l’art contemporain japonais.

Vital | Film 2004 - Kritik - Trailer - News | Moviejones

Nous nous sommes intéressés au film Vital de Shinya Tsukamoto, sorti en 2004, que nous avons comparé au travail de la peintre Fuyuko Matsui. Le film raconte comment un étudiant en médecine, devenu amnésique après un accident, retrouve la mémoire au fur et à mesure qu’il dissèque sa petite-amie. Le réalisateur s’est inspiré d’étudiants devant faire des croquis durant les dissections, et il a lui-même assisté à une dissection en écrivant le scénario. Plusieurs scènes du film comportent des dissections, présentant ainsi une image froide et macabre du corps mort. Mais le processus permet aussi de revenir sur l’histoire d’amour de l’étudiant avec la jeune morte, et aussi de décrire le travail de deuil entrepris par celui-ci. Mary Picone a relié ce film à une pratique courante au Japon qui consiste à donner son corps à la science en échange d’une certaine cérémonie funéraire que beaucoup ne pourrait avoir faute de famille ou de moyen.

Nous nous sommes ensuite penchés sur le travail de l’artiste Fuyuko Matsui, qui se revendique de l’école de peinture dite nihonga, un mouvement artistique apparu en 1880 et dont les peintures sont réalisées avec des techniques et des matériaux japonais traditionnels. L’artiste, de par ses choix de sujet, s’inscrit dans une longue tradition de représentations de corps morts ou en décomposition. Ses influences seraient alors traditionnelles et bouddhiques puisque l’artiste s’inspire du kusozu, l’art de représenter les étapes de la décomposition du corps, mais aussi occidentales, lorsqu’elles peuvent être mises en lien avec, par exemple, les planches anatomiques. Pour l’artiste, ses desseins de corps féminins morts, disséqués pour certains, sont compris comme des talismans à travers lesquels le spectateur peut se libérer de sa douleur.

La séance nous a permis de voir la manière dont ces artistes contemporains représentent le corps mort, celui de la femme plus particulièrement, d’explorer leurs sources d’inspirations, et de souligner l’importance du dessein anatomique dans leur processus de création. Ainsi, Mary Picone a-t-elle pu mettre en avant l’idée que les deux artistes s’opposaient dans leur manière de faire de l’art : « l’une est une femme revendiquant un côté masochiste, alors que l’autre montre un contrôle total sur le corps de la femme comme objet ». Ces deux personnalités interrogent le rapport entre le spectateur et le corps disséqué mais aussi, plus généralement, la place du mort au Japon. Tout en nous focalisant sur l’histoire du présent, cette présentation nous a amené à considérer cette pratique dans la longue durée, avec notamment les influences bouddhiques.

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.