Usages de l’espace dans la peinture narrative japonaise

Delphine Mulard (Docteure en histoire de l’art japonais ; enseignant-chercheur contractuelle, département des études japonaises, faculté des langues, Université de Strasbourg)

Mercredi 7 décembre 2022, 15h30-17h30

Comment l’espace peut-il servir la narration dans une peinture ou au contraire entrer en conflit avec cette dernière ?

Au Japon, c’est au XIIe siècle, à travers les premiers rouleaux à peinture et à compositions continues qu’une diversité de réponses se profile afin d’utiliser l’espace au sein d’un propos narratif ou tout au moins de négocier le conflit pouvant exister entre la cohérence de l’espace d’une part, et celle de la narration d’autre part. Cette réflexion se poursuivra à l’époque médiévale à travers les peintures de paravent.

Notre exposé n’est pas, à proprement parler, un exposé de recherches, car nous ne traitons pas directement de l’espace dans nos travaux. Cependant, lire l’espace et comprendre comment il organise l’image dans le monde japonais classique permet de décrypter ces dernières, tout particulièrement lorsque l’on se penche sur des œuvres anonymes et peu connues dont les scènes sont encore à identifier. Cette présentation visera, à travers une réflexion portée sur l’espace, à donner des clés de compréhension permettant d’analyser des images, et ainsi de lire ces dernières.

Nous orienterons notre propos en trois temps :

Dans un premier volet, nous présenterons des exemples de grands rouleaux narratifs japonais des XIIe et XIIIe siècles et leurs manières de mêler la représentation cohérente d’un espace avec les exigences de la narration. Cette présentation se basera pour beaucoup sur les travaux de recherches d’Estelle Bauer.

Puis, nous irons nous interroger sur la manière dont est géré l’espace d’une peinture narrative dès lors que cette dernière quitte l’espace plutôt confidentiel d’une peinture sur rouleau horizontal, d’une trentaine de cm de hauteur et de plusieurs mètres de long, pour venir occuper les grandes surfaces des paravents médiévaux et prémodernes.

Enfin, dans une dernière partie, nous exposerons comment l’usage de l’espace s’est standardisé dans les images narratives de l’époque prémoderne (XVIIe-XIXe siècle). A travers des œuvres illustrant des récits faisant partie de notre corpus d’études (Bunshô le saunier, Ondée) nous exposerons comment lire l’espace permet d’identifier les scènes et les personnages mais aussi, à l’inverse, comment la mauvaise gestion de l’espace par les peintres mène à certaines incompréhensions.



Citer ce billet
Michela Bussotti (2022, 21 novembre). Usages de l’espace dans la peinture narrative japonaise. Histoire de la culture visuelle en Asie orientale. Consulté le 24 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/v8m5

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search