Usages de l’espace dans la peinture narrative japonaise

Delphine Mulard (Docteure en histoire de l’art japonais ; enseignant-chercheur contractuelle, département des études japonaises, faculté des langues, Université de Strasbourg)

Mercredi 7 décembre 2022, 15h30-17h30

Comment l’espace peut-il servir la narration dans une peinture ou au contraire entrer en conflit avec cette dernière ?

Au Japon, c’est au XIIe siècle, à travers les premiers rouleaux à peinture et à compositions continues qu’une diversité de réponses se profile afin d’utiliser l’espace au sein d’un propos narratif ou tout au moins de négocier le conflit pouvant exister entre la cohérence de l’espace d’une part, et celle de la narration d’autre part. Cette réflexion se poursuivra à l’époque médiévale à travers les peintures de paravent.

Notre exposé n’est pas, à proprement parler, un exposé de recherches, car nous ne traitons pas directement de l’espace dans nos travaux. Cependant, lire l’espace et comprendre comment il organise l’image dans le monde japonais classique permet de décrypter ces dernières, tout particulièrement lorsque l’on se penche sur des œuvres anonymes et peu connues dont les scènes sont encore à identifier. Cette présentation visera, à travers une réflexion portée sur l’espace, à donner des clés de compréhension permettant d’analyser des images, et ainsi de lire ces dernières.

Nous orienterons notre propos en trois temps :

Dans un premier volet, nous présenterons des exemples de grands rouleaux narratifs japonais des XIIe et XIIIe siècles et leurs manières de mêler la représentation cohérente d’un espace avec les exigences de la narration. Cette présentation se basera pour beaucoup sur les travaux de recherches d’Estelle Bauer.

Puis, nous irons nous interroger sur la manière dont est géré l’espace d’une peinture narrative dès lors que cette dernière quitte l’espace plutôt confidentiel d’une peinture sur rouleau horizontal, d’une trentaine de cm de hauteur et de plusieurs mètres de long, pour venir occuper les grandes surfaces des paravents médiévaux et prémodernes.

Enfin, dans une dernière partie, nous exposerons comment l’usage de l’espace s’est standardisé dans les images narratives de l’époque prémoderne (XVIIe-XIXe siècle). A travers des œuvres illustrant des récits faisant partie de notre corpus d’études (Bunshô le saunier, Ondée) nous exposerons comment lire l’espace permet d’identifier les scènes et les personnages mais aussi, à l’inverse, comment la mauvaise gestion de l’espace par les peintres mène à certaines incompréhensions.

Paintings in the History of China of Rashīd al-Dīn’s Compendium of Chronicles

Tomoko IEUJI-MASUYA (Université de Tokyo), Professeure invitée à l’EHESS

Mercredi 16 novembre 2022, 15h30-17h30

Rashīd al-Dīn, vizier to the Ilkhanid Mongol rulers of Iran and Iraq in the late thirteenth to early fourteenth centuries, compiled the universal history entitled Jāmi‘ al-tavārīkh (Compendium of Chronicles). This talk will examine the portraits of Chinese emperors in the History of China in three manuscripts of the Jāmi‘ al-tavārīkh from the fourteenth and fifteenth centuries and suggest how the portraits were added in them.

Les monastères des femmes au palais et les images bouddhiques de cour : deux espaces de résistance et d’influence en Corée (1309-1597)

19 octobre : Bryan Sauvadet (CCJ-CRC, EHESS/Université Paris Cité)

(L’un des monastères des femmes au palais) Le culte du Bouddha au palais, XVe-XVIe siècle, encre et pigments sur soie, 46.5 x 91.4 cm, Musée d’art Samsung Leeum, Séoul

En 1400, le roi T’aejong 太宗 (r. 1400-1422) lance une grande réforme anti-bouddhique comme jamais la péninsule coréenne n’ait connu jusqu’alors. Le Bouddhisme qui jouissait du statut de religion protectrice du royaume 護國佛敎 (cor. hoguk pulgyo) se voit dès lors ostracisé. Ce tournant majeur touche à la fois le domaine religieux, avec notamment la destruction de tous les monastères dans les villes, mais aussi les domaines de l’art et de l’artisanat. Alors qu’au cours des périodes précédentes, les commanditaires des œuvres bouddhiques étaient de profils divers (moines, élites de cour, militaires, …), après la politique anti-bouddhique, seules les femmes de cour (reines, princesses, concubines et religieuses) sont en mesure de commanditer, financer et exposer des images bouddhiques. Elles le font dans les monastères des femmes de cour : le Monastère du Pur karma淨業院 (cor. Chŏngŏbwŏn) et le Palais de la longue vie charitable 慈壽宮 (cor. Chasugung). Nous verrons comment les monastères des femmes de cour, du fait de leur relative autonomie au sein du palais, furent les lieux centraux du développement de l’art bouddhique de cour en Corée, jusqu’à leur destruction lors des invasions japonaises en 1597. Puis, nous montrerons comment les femmes de cour, à travers leur commande des images, influencèrent l’évolution picturale pour faire des œuvres bouddhiques des supports d’un discours de défense du Bouddhisme et d’un discours genré de légitimation de leur place au palais.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search