Compte-rendu de la séance du mardi 15 janvier 2019

Intervenante : Gaëlle Lacaze (PU, Sorbonne Université) , « Enquêter sur le corps dans une culture iconophile : cacher, voir et se faire voir »

Compte-rendu rédigé par Antoine Ravon, étudiant en Master 1 « Arts et langages », École des Hautes Études en Sciences Sociales

traite: position "assise en marche"
traite: position “assise en marche”; 1.1.4.m, ©Gaëlle Lacaze;
https://www2i.misha.fr/flora/, section Mongolie.

Quel usage l’anthropologue peut-il faire des outils visuels ? Dans quelle mesure peut-il avoir recours à des images, non dans une simple démarche d’illustration, mais comme outil sur le terrain, puis comme support dans son travail de conceptualisation ? Ces questions ont été au cœur de la séance du 15 janvier, intitulée « Enquêter sur le corps dans une culture iconophile : cacher, voir et se faire voir ». Gaëlle Lacaze les a posées à travers une démarche réflexive qui déroulait le fil de sa trajectoire professionnelle, depuis son travail de thèse[1] jusqu’à ses récentes enquêtes auprès de travailleuses du sexe[2] (dont le rapport au corps est lié à l’image, d’abord au sens de représentation de soi, dans la mesure où elles construisent un personnage de prostituée le soir, qu’elles déconstruisent au matin ; mais cette image ne doit pas circuler sous la forme de portraits, puisqu’elles souhaitent garder anonyme leur activité).

 

Afin d’analyser son usage des outils visuels, Gaëlle Lacaze s’est d’abord appuyée sur son travail de thèse. En empruntant à Mauss sa notion de « technique du corps », il s’agissait pour elle de restituer la grammaire gestuelle des nomades de Mongolie. Reconnaître que la culture se fige dans des comportements quotidiens, acquis à force de « dressage » (un autre concept hérité de Mauss), exigeait de reconstruire le système de ces comportements. Sa recherche avait pour vocation de déboucher sur « l’examen de la “fabrique des sujets”, de la transmission des habitus, et des conceptions du monde, construites à travers la mobilité.[3] »

Dans ce cadre, la photographie a constitué un support efficace pour l’étude des techniques du corps – davantage encore que le film, en ce qu’elle « arrête l’action et l’inscrit dans son contexte de réalisation » et ainsi « permet de décomposer la technicité impliquée dans chaque expression somatique, dont elle propose un condensé d’informations.[4] » Afin de rétablir la chaîne opératoire des comportements analysés, Gaëlle Lacaze a réuni ces photographies sous la forme de diaporamas, disponibles sur sa base de données numérique[5].

Travailler ces photographies, détourer les corps, a révélé à la chercheuse l’intérêt cognitif des images. Leur imprégnation inconsciente aurait permis, selon elle, d’accéder à un niveau d’interprétation moins explicite de certains comportements : ainsi de la position « assise en marche » (accroupi, les talons ancrés dans le sol) réservée à la cuisine, mais interdite en contexte rituel. À partir de la superposition d’images entre elles, Gaëlle Lacaze a formulé une hypothèse sur les raisons de cette interdiction, qui divergent de l’explication fournie sur le terrain. Selon elle, ce ne serait pas parce que cette position renvoie à celle de la défécation qu’elle serait interdite en contexte rituel. Comment expliquer, sinon, qu’elle soit privilégiée pour la cuisine ? Ce serait plutôt parce qu’elle évoque des activités féminines (comme la traite du petit bétail), tandis que le contexte rituel est à domination masculine.

L’usage de la photographie auprès de populations mongoles occupe aussi une fonction pratique de dialogue. Dans la mesure où la mise en image de soi, au double sens de mise en scène et de représentation visuelle (l’« iconophilie » dont parle Gaëlle Lacaze) est une pratique culturelle courante en Mongolie, ses photographies lui ont permis de partager le produit de son travail. Car si ses photos traduisent le regard et les choix de l’anthropologue, elles révèlent aussi ses objets d’intérêt et la direction de ses recherches.

 

Ce travail sur les techniques du corps a conduit Gaëlle Lacaze à s’intéresser plus spécifiquement aux manières de boire et de manger et, plus précisément encore, à l’alcoolisme – en pleine explosion dans la Mongolie de l’après-socialisme. L’objet d’étude implique de déplacer légèrement le choix du terrain, dans la mesure où il n’est pas possible de travailler avec des alcooliques. C’est donc auprès d’anciens alcooliques que s’est tournée Gaëlle Lacaze. Afin de restituer leurs témoignages à Médecins du monde, elle a choisi de les filmer. Mais ceux-ci ne se sont pas contentés de paraître à l’écran : ils se sont emparés de la caméra. Que leur apporte le fait de s’approprier l’image et d’aller jusqu’à prendre en charge la mise en scène ? Gaëlle Lacaze, en interrogeant cet usage de l’image, a pu saisir que celui-ci participait du recouvrement de leur personnalité, de leur estime de soi. L’image est ici engagée dans un processus de réhumanisation, qui se laisse percevoir moins dans le contenu de l’image elle-même que par le fait de se l’approprier.

 

Cette appropriation de la caméra par les acteurs eux-mêmes ne s’est pas trouvée être un cas isolé. C’est ensuite un négociant kazakh qui a construit ses scènes et joué son propre rôle. Au sein de populations iconophiles, ce rapport à l’image a été doublement exploité par Gaëlle Lacaze, comme facilitation d’accès au terrain et comme objet de réflexion ; il ouvre sur une reconsidération plus générale du rapport entre terrain et objectivité. La présence du chercheur sur le terrain construit déjà, en effet, une métasituation, et c’est cette métasituation qu’analyse l’anthropologue. De ce point de vue, la prise d’image ne fait rien d’autre que créer une métasituation de la métasituation. Plutôt que de chercher à l’effacer, pour tenter de remonter à une prétendue objectivité de la situation initiale (qui n’est rien d’autre, en fait, qu’une métasituation), Gaëlle Lacaze a cherché à développer et assumer la présence de la caméra. À l’instar des anciens buveurs, qui se servent de la caméra comme d’un outil de recouvrement de soi, la mise en scène des Mongols par eux-mêmes constitue, pour l’anthropologue, un objet de réflexion.

 

Il y a ce qui est montré – ce que les informateurs choisissent d’exhiber et, plus généralement, ce qu’ils acceptent de laisser voir –, et ce qui est caché. Avec le négociant kazakh évoqué plus haut, Gaëlle Lacaze s’intéressait au commerce transfrontalier : celui-ci, pourtant, refusait de lui en laisser filmer l’aspect considéré comme le moins valorisant (pots-de-vin, prostitution…). Ce qui est caché peut donc avoir, en tant que tel, des significations précises à interpréter : quelle réalité veut-on présenter ? que révèlent les sélections dans ce qui est montrable ?

Le négoce transfrontalier étant lié à la migration, Gaëlle Lacaze s’est ensuite intéressée aux migrants. Une fois de plus, elle s’est servie de leur iconophilie, en les abordant avec des caméras et des micros très visibles. Il s’agissait de mettre en abyme la construction migratoire, dans la mesure où, explique-t-elle, les migrants sont « spécialistes de l’énonciation de leur parcours » (condition nécessaire, notamment, pour solliciter des aides politiques). Le contexte politique était celui de la « rekazakhisation » de la Mongolie. En parler à la caméra serait en admettre explicitement l’échec. Le silence des migrants mongols, sur ce point, peut donc être compris comme un aveu.

La nature même du témoignage face à la caméra peut être analysée. Gaëlle Lacaze a ainsi remarqué que, parmi les migrants interviewés, les hommes tenaient des discours directement rattachés à des perceptions sensorielles, tandis que les femmes parlaient plutôt de déclassement social, de l’éloignement de leurs familles… La focalisation différenciée des discours, selon le genre, viendrait rappeler que les Mongols s’inscrivent dans des sociétés « d’os et de chair »[6]. Les hommes, qui transmettent l’os, seraient davantage ancrés dans leur terroir et vivraient la migration comme une dislocation du corps. Les femmes, qui transmettent la chair, seraient quant à elles plus éduquées à migrer.

 

[1] La thèse de Gaëlle Lacaze, « Représentations et techniques du corps chez les peuples mongols », soutenue en 2000, a été éditée chez L’Harmattan. Lacaze, Gaëlle. Le Corps mongol. Techniques et conceptions nomades du corps, Paris : L’Harmattan, coll. « Connaissance des hommes », 2012

[2] Ces études sont consignées dans Lacaze, Gaëlle. Femmes en quête d’identité(s). Anthropologie du genre et des sexualités en Mongolie et dans le monde postsocialiste, Paris : Petra, 2017

[3] Lacaze, Gaëlle. Le Corps mongol… op.cit., p.11

[4] Ibid., p.14

[5] Accessible à l’adresse : https://www2i.misha.fr/flora/

[6] Voir Lacaze, Gaëlle. « Les techniques du corps chez les Mongols : une application de la notion maussienne », Techniques & Culture, 2003/3 (n° 42), p.111-130. Disponible sur https://journals.openedition.org/tc/114